Férocité

Six embouts sur un mur, surplombés de manivelles, dont une est plus courte que les autres. Certains bouchons des embouts ont des chaînettes rattachées au mur, d'autres non.

There’s something wrong with Max.

J’ai commencé une nouvelle série. Innocemment. Dès le premier épisode, un des gamins est identifié autiste. Le père prend mal la nouvelle. There’s something wrong with Max.

Je beugle devant mon écran. There’s nothing wrong with Max; there’s something wrong with the world! (Oui, oui, j’aime assez le point-virgule pour l’utiliser même quand je beugle.) Ce monde qui n’admet tellement pas la différence.

Un animateur de radio a déjà dit de moi que j’étais férocement féministe. Je crois que je deviens férocement autiste en plus.


Nothing Wrong With Being Different, une image de Jason Parks (cc by-nc-nd 2.0)

Sens interdit

Sur un panneau routier de sens interdit, un personnage a été dessiné, il semble porter la bande blanche du panneau sous le bras en avançant.

Dans un couloir étroit, on tente de s’éviter l’une, l’autre et, comme c’est souvent le cas, on finit par multiplier les face-à-face. Plutôt que de sourire ou de rigoler de la situation, elle se fâche:

— Toujours à droite!

Sa colère m’énerve.

— Chus pas un char, câlisse!

Funny road sign, une image de Przemek P (cc by 2.0)

Patience

Un héron capté au moment où il capte un poisson. L'image suggère du mouvement.

Pour Benoit

Je médite. Ma tête bouillonne d’idées auxquelles j’ai envie de m’attarder, de réfléchir, que j’ai envie de développer. J’ai besoin d’une image qui incarne la patience. Ah, voilà: ce grand héron, planté dans un étang, immobile pendant ce qui semble une éternité, attendant que sa proie s’approche de lui. Ok, c’est bon.

Nope. L’image vient d’un après-midi passé avec un pote sur un balcon, lui et moi presque aussi immobiles que l’oiseau, observant la bête tout en discutant. Jusqu’à ce que le héron plonge énergiquement la tête dans l’eau et en ressorte avec un poisson. Le pote a lancé un « ah ah » sonore et a pointé l’événement du doigt, avec un ton et une gestuelle très caratéristiques de lui. Ça me fait sourire.

Je plonge dans les souvenirs: cet après-midi-là, ce pote-là, nos conversations animées, ces vacances, les autres copines, copains qui sont passés au chalet, les feux de camp, les rigolades, le bûchage de bois, le canard avec la sauce aux bleuets, etc.

Bon, c’est raté pour le vidage de tête. Mais les souvenirs m’ont apaisée. Ce qui vaut bien une séance de méditation en bonne et due forme, non?

Cocoi Heron (Ardea cocoi), une image de Bart van Dorp (cc by 2.0)

Vaccin

Plan rapprochée d'une bouteille contenant un vaccin.

Pendant un moment, je me suis demandé si j’allais profiter du fait que les personnes autistes ont été incluses dans les groupes prioritaires pour la vaccination contre la COVID. Je ne suis pas vraiment plus à risque que la moyenne des ourses, des ours et mon mode de vie actuel est somme toute sécuritaire. J’ai réussi à trouver des aménagements qui me conviennent: j’arrive à porter le masque lorsque c’est nécessaire; je traîne mon propre antiseptique.

Puis je me suis souvenu de la vendeuse du RONA qui m’a engueulée et crissée à la porte du magasin. Et de l’absence de réaction adéquate dudit magasin lorsque j’ai envoyé un courriel dénonçant cette forme de discrimination (« Nous sommes désolés que vous ayez eu à vivre ça. » Sérieusement???). Je me suis dit que ça serait une forme de justice réparatrice que de passer avant elle et ses collègues à la vaccination. Une forme d’eugénisme éthique, t’sais.

Vaccin, une image de Pims_ (cc by 2.0)

No thanks

Une plaque sur un mur se lit comme suit: "Veuillez ne pas parquer les véhicules à cet endroit, svp merci."

C’est un jeu de type mots-croisés auquel je joue depuis des années. En anglais.

On m’a refilé la version française sans me demander mon avis. Probablement parce qu’elle a été rendue disponible récemment et que le système d’opération de ma tablette est en français. Peu importe.

Ça m’a pris un moment avant de m’en rendre compte. Il y a beaucoup de mots communs au français et à l’anglais.

Je continue en français, me disant que ça sera plus facile. La journée a été chiante.

Je peine sur un mot. Pendant un bon cinq minutes. Je finis par essayer toutes les combinaisons possibles avec les lettres et les espaces disponibles. J’ai une tête têtue d’autiste.

Ben, ostie de crisse de tabarnac de sacrament, c’est une version française de France bourrée d’anglicismes acceptés là-bas et pas ici. Ma tête de francophone à moi est définitivement québécoise et refuse « boots ».

Si je dois deviner des mots en anglais, aussi bien jouer à la version anglaise et étendre mon vocabulaire anglophone. Fuck off.

ne pas parquer les véhicules, une image de Mélanie (cc by-nc 2.0)