Allégorie à l’intention des mecs timides dans les sites et appli de rencontres

Wake up call, une image de David Barnas (cc by-nc 2.0). Description de la photo: dans un hôtel abandonné, une table de chevet et un lit son couvert de morceaux de platre tombés là. Coco de pâques: en fait, j'ai l'impression que personne ne les lit, alors je suis vraiment moins motivée à en faire.

Quand Gaëlle, la fille d’une amie, a décidé qu’elle voulait passer un coup de fil pour la première fois, c’est moi qu’elle a appelée. Ça a failli être un échec. Parce que j’ai répondu et que, à l’autre bout du fil, il n’y avait rien. J’ai répété « allo » quelques fois. Je m’apprêtais à raccrocher quand j’ai entendu un chuchotement:

— Gaëlle, il faut que tu dises quelque chose!

J’ai pris sur moi de lancer la conversation. Je ne me souviens plus de ce que je lui ai raconté, à Gaëlle. Mais elle, elle n’a pas dit un mot. Elle a juste raccroché à un certain moment, sans plus de cérémonie. Sa mère m’a dit que, pendant tout mon monologue, Gaëlle affichait un sourire béat sur son visage.

Avec le temps, Gaëlle et moi avons développé des interactions téléphoniques plus consistantes, jusqu’à avoir de vraies conversations. C’était très chouette. Et enrichissant.

Dans les sites de rencontres, certaines conversations ressemblent beaucoup à ce premier coup de fil de Gaëlle. Sans le côté charmant d’une fillette de pas tout à fait trois ans qui vous choisit comme première interlocutrice téléphonique.

Wake up call, une image de David Barnas (cc by-nc 2.0)