Remuement

Il se tient derrière moi. Très près derrière moi. L’impression que son corps touche le mien tout en ne le touchant pas, qu’il m’étreint sans même m’effleurer. Son cou emboîté contre ma nuque. Sa bouche tout près de mon oreille. Un fragment d’interstice rempli d’un désir qui se repaît dans sa retenu. Le jour suivant, le souvenir de ce moment rend les jambes flageolantes. Quelque chose comme une amplitude traverse le corps, l’habite en oxymore.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s